aide
Ecole du Louvre
Modalités et pièces à fournir pour s'inscrire en ligne

Avec votre carte d’auditeur de l’École du Louvre, vous pouvez accéder librement, pendant la durée de vos cours, aux collections permanentes et aux expositions temporaires :

 

  • du musée du Louvre,
  • du musée E. Delacroix,
  • du musée d’Orsay,
  • du musée de l’Orangerie.

 

Vous bénéficiez d’un tarif réduit aux :

 

  • musée national des arts asiatiques Guimet,
  • musée Rodin,
  • musée national d’art moderne (Centre Pompidou).

Avec votre compte personnel Extranet vous pouvez accéder en ligne à vos :

 

  • informations pratiques,
  • annulations et reports,
  • ressources pédagogiques.

Informations inscriptions :
courriel
01.55.35.18.37
(répondeur)
 

Accueil général :
01.55.35.18.00
(9h30-12h15 et 13h45-17h30)
 

Venir à l'École du Louvre :
Infos pratiques

Cycles découverte

Organisés ponctuellement durant l’année, les cycles découverte proposent des sujets thématiques d’archéologie et d’histoire de l’art en rapport avec l’actualité des musées et de la recherche.
Chaque cycle de cinq séances (cinq lundis ou vendredis en soirée) comprend des cours magistraux dispensés par des professionnels du patrimoine, conservateurs, universitaires et chercheurs, et, pour certains d'entre eux, une visite d'application dans un musée ou un monument de Paris et d’Ile-de-France.

Attention : certains de ces cours sont aux mêmes horaires que le cours d'histoire générale de l'art en soirée (cours n°2d).

Les enseignements sont donnés en langue française.
En cas de nécessité, des modifications de calendrier et d'intervenants peuvent survenir.
Pour s’inscrire au titre de la formation continue (prise en charge des frais d’inscription par votre employeur) écrire à : formation.continue[a]ecoledulouvre.fr.
 

Cycles Histoire évolutive du corps
et Sous le signe de Diane

Plein tarif

  • 115 euros par cycle.

Tarif réduit
(- de 26 ans, demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RSA ou de l’AAH)

  • 69 euros par cycle.

Formation continue

  • 145 euros par cycle.

Cycles Rouge et Caravage

Plein tarif

  • 95 euros par cycle.

Tarif réduit
(- de 26 ans, demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RSA ou de l’AAH)

  • 57,50 euros par cycle.

Formation continue

  • 120 euros par cycle.
VERSION PDF (janvier 2018)

Je m'inscris par correspondance

Des places sont disponibles par correspondance, veuillez trouver ci-dessous les documents à télécharger et à envoyer :

  • Histoire évolutive du corps humain
    • lundi (5 séances : 19h00 - 20h30).
    • École du Louvre, Paris : Amphithéâtre Michel-Ange.
    • lundi 18 septembre 2017.

    Une visite d’application le samedi 14 octobre 2017, Musée de l’Homme

     

    Elaborer une histoire naturelle de l’espèce humaine, telle est la vocation de l’anthropologie biologique, une discipline moins connue que la paléoanthropologie ou que l’anthropologie sociale, mais très éclairante pour interpréter les racines de notre identité. En effet, si l’humanité se distingue par la richesse de sa production culturelle, elle n’en est pas moins une espèce animale qui conserve une longue mémoire de son animalité, et dont l’évolution biologique n’est pas terminée. Il s’agira ici d’explorer le corps humain pour comprendre son histoire, sa diversité, et les conséquences sociétales et médicales qui en découlent.

    Septembre
    Lundi 18 septembre 2017, 19h00
    La place de l’Homme dans la nature, une anatomie comparative
    Alain Froment,
    médecin et anthropobiologiste, directeur de recherches à l’IRD, Musée de l’Homme, Paris.
    Lundi 25 septembre 2017, 19h00
    Morphologie et génétique : les origines du genre humain
    Alain Froment,
    médecin et anthropobiologiste, directeur de recherches à l’IRD, Musée de l’Homme, Paris.
    Octobre
    Lundi 2 octobre 2017, 19h00
    La biodiversité humaine et la question des races
    Alain Froment,
    médecin et anthropobiologiste, directeur de recherches à l’IRD, Musée de l’Homme, Paris.
    Lundi 9 octobre 2017, 19h00
    La médecine darwinienne et l’origine des maladies
    Alain Froment,
    médecin et anthropobiologiste, directeur de recherches à l’IRD, Musée de l’Homme, Paris.
    Lundi 16 octobre 2017, 19h00
    Le corps comme archive : à quoi servent les collections de squelettes ?
    Alain Froment,
    médecin et anthropobiologiste, directeur de recherches à l’IRD, Musée de l’Homme, Paris.
    • Alain Froment
      médecin et anthropobiologiste, directeur de recherches à l’IRD, Musée de l’Homme, Paris
    Histoire évolutive du corps humain
  • Rouge : histoire et symbolique d’une couleur
    • vendredi (5 séances : 18h30 - 20h00).
    • École du Louvre, Paris : Amphithéâtre Rohan.
    • vendredi 17 novembre 2017.

    Ce cycle est sans visite d’application

     

    Le rouge est en Occident la première couleur que l’homme a maîtrisée, aussi bien en peinture qu’en teinture. C’est probablement pourquoi elle est longtemps restée la couleur « par excellence », c’est-à-dire la plus riche du point de vue matériel, social, artistique et symbolique.

    Admiré des Grecs et des Romains, le rouge est dans l’Antiquité symbole de guerre, de richesse et de pouvoir. Au Moyen Age, il prend une forte dimension religieuse, évoquant aussi bien le sang du Christ que les flammes de l’enfer. Mais il est aussi, dans le monde profane, la couleur de l’amour, de la gloire et de la beauté.

    Au XVIe siècle, en revanche, les morales protestantes partent en guerre contre le rouge en qui elles voient une couleur « déshonnête », liée au luxe, aux vanités du monde et à la « théâtralité papiste ». Dès lors, partout en Europe, même dans les pays catholiques, le rouge est en recul, dans la culture matérielle comme dans la vie quotidienne. Ce recul traverse toute l’époque moderne et contemporaine et va en s’accentuant au fil du temps.

    A partir de la Révolution française, le rouge devient idéologique et politique. C’est la couleur des forces progressistes et des partis de gauche, rôle qu’il a conservé jusqu’à aujourd’hui, sans perdre pour autant sa force esthétique, onirique ou symbolique mais sans retrouver non plus la place qu’il occupait autrefois dans la vie quotidienne.

    Novembre
    Vendredi 17 novembre 2017, 18h30
    Du bestiaire de Lascaux à la pourpre romaine (Préhistoire, Antiquité)
    Michel Pastoureau,
    directeur d'études émérite, École Pratique des Hautes Études.
    Vendredi 24 novembre 2017, 18h30
    Le sang du Christ et les flammes de l’enfer (Ve-XIIe s.)
    Michel Pastoureau,
    directeur d'études émérite, École Pratique des Hautes Études.
    Décembre
    Vendredi 1 décembre 2017, 18h30
    Amour, gloire et beauté (XIIIe-XVe s.)
    Michel Pastoureau,
    directeur d'études émérite, École Pratique des Hautes Études.
    Vendredi 8 décembre 2017, 18h30
    Une couleur en procès (XVIe-XVIIIe s.)
    Michel Pastoureau,
    directeur d'études émérite, École Pratique des Hautes Études.
    Vendredi 15 décembre 2017, 18h30
    De la signalétique à la politique et retour (XIXe-XXe s.)
    Michel Pastoureau,
    directeur d'études émérite, École Pratique des Hautes Études.
    • Michel Pastoureau
      directeur d'études émérite, École Pratique des Hautes Études
    Rouge : histoire et symbolique d’une couleur
  • Caravage, ou la puissance d’un génie, entre scandale et spiritualité
    • vendredi (5 séances : 18h30 - 20h00).
    • École du Louvre, Paris : Amphithéâtre Rohan.
    • vendredi 19 janvier 2018.

    Ce cycle est sans visite d’application

     

    Qui est Caravage ? Quel est cet artiste, qui ne forma aucun élève, mais dont l’œuvre comme le style eurent une influence considérable dans toute l’Europe ? 

    Ce cycle vous propose d’étudier la production artistique de ce peintre du XVIIe siècle italien à la trajectoire fulgurante, génial et maudit à la fois, scandaleux et admiré, au réalisme souvent extrême, dont la carrière s’arrêta brutalement à 38 ans mais qui eut néanmoins le temps de révolutionner profondément la peinture tant dans sa forme que dans ses sujets. 

    Janvier
    Vendredi 19 janvier 2018, 18h30
    Et Michelangelo Merisi devint Caravage. De Milan à Rome, le temps de la formation
    Aude Gobet,
    docteur en histoire de l'art, chef du service d'étude et de documentation, département des peintures, musée du Louvre.
    Vendredi 26 janvier 2018, 18h30
    Autour de 1600 à Rome. Premiers succès (les chapelles Contarelli & Cerasi) et critiques acides : Caravage invente le « naturalisme »
    Aude Gobet,
    docteur en histoire de l'art, chef du service d'étude et de documentation, département des peintures, musée du Louvre.
    Février
    Vendredi 2 février 2018, 18h30
    L’exil : Naples, Malte et la Sicile (1606-1610)
    Aude Gobet,
    docteur en histoire de l'art, chef du service d'étude et de documentation, département des peintures, musée du Louvre.
    Vendredi 9 février 2018, 18h30
    Les premiers émules : aux sources du caravagisme (Manfredi, Gentileschi, Valentin …)
    Aude Gobet,
    docteur en histoire de l'art, chef du service d'étude et de documentation, département des peintures, musée du Louvre.
    Vendredi 16 février 2018, 18h30
    Le caravagisme napolitain de Battistello à Ribera
    Aude Gobet,
    docteur en histoire de l'art, chef du service d'étude et de documentation, département des peintures, musée du Louvre.
    • Aude Gobet
      docteur en histoire de l'art, chef du service d'étude et de documentation, département des peintures, musée du Louvre
    Caravage, ou la puissance d’un génie, entre scandale et spiritualité
  • Sous le signe de Diane
    • lundi (5 séances : 19h00 - 20h30).
    • École du Louvre, Paris : Amphithéâtre Michel-Ange.
    • lundi 5 mars 2018.

    1 visite d’application le samedi 7 avril 2018 au Musée national de la Renaissance, château d’Ecouen

     

    Ce cycle est sous la direction scientifique de Guillaume Fonkenell, conservateur en chef du patrimoine, Musée national de la Renaissance, château d’Ecouen

     

    Diane de Poitiers, la maîtresse d’Henri II, est devenue aujourd’hui un mythe et le support des fantasmes les plus anachroniques.

    Toutefois, moins de cinquante ans après sa mort, les avis sur elle étaient partagés : « vieille prostituée » pour les uns ou « si belle encor, six mois avant qu'elle mourût, que [l’on] ne sache cœur de rocher qui ne s'en fut ému », pour les autres.

    Pour comprendre la construction de ce mythe, il faut commencer par prendre du champ et analyser l’importance de la figure de Diane, divinité dont la polysémie ne pouvait qu’intéresser les hommes de la Renaissance. Diane de Poitiers, quant à elle sera replacée dans son contexte : celui du règne d’Henri II et d’une structure sociale complexe, la cour de France.

    Mars
    Lundi 5 mars 2018, 19h00
    Le mythe de Diane à la Renaissance
    Guillaume Fonkenell,
    ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé de Lettres classiques, architecte D.P.L.G., conservateur en chef du patrimoine, Musée national de la Renaissance, château d’Écouen.
    Lundi 12 mars 2018, 19h00
    « L'autre face de la Lune ». Magie des astres et figures célestes à l'époque de Diane de Poitiers
    Luisa Capodieci,
    maître de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
    Lundi 19 mars 2018, 19h00
    La passion de la chasse à la Renaissance
    Guillaume Fonkenell,
    ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé de Lettres classiques, architecte D.P.L.G., conservateur en chef du patrimoine, Musée national de la Renaissance, château d’Écouen.
    Lundi 26 mars 2018, 19h00
    Diane de Poitiers à la cour d’Henri II
    Thierry Crépin-Leblond,
    conservateur général du patrimoine, directeur, musée national de la Renaissance, château d’Écouen.
    Avril
    Lundi 9 avril 2018, 19h00
    Diane et les autres : rôles et stratégies des femmes de la Renaissance à la cour de France
    Guillaume Fonkenell,
    ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé de Lettres classiques, architecte D.P.L.G., conservateur en chef du patrimoine, Musée national de la Renaissance, château d’Écouen.
    • Luisa Capodieci
      maître de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    • Thierry Crépin-Leblond
      conservateur général du patrimoine, directeur, musée national de la Renaissance, château d’Écouen
    • Guillaume Fonkenell
      ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé de Lettres classiques, architecte D.P.L.G., conservateur en chef du patrimoine, Musée national de la Renaissance, château d’Écouen
    Sous le signe de Diane