aide
Ecole du Louvre

Avec votre compte personnel Extranet vous pouvez accéder en ligne à vos :

 

  • informations pratiques,
  • annulations et reports,
  • ressources pédagogiques.

En fonction de chaque ville

CAEN

Les cours sont organisés avec l'Association Amis du musée des Beaux-Arts de Caen et se déroulent au musée des Beaux-Arts,
Le Château, 14000 Caen.
Téléphone : 02.31.86.85.84 ou cours.regions[a]ecoledulouvre.fr
 

Modalités et pièces à fournir pour s'inscrire en ligne

N° 1 et 2 (cycles thématiques de 5 séances)

  • Plein tarif : 43,50 euros le cycle de cours.
  • Tarif réduit (- de 26 ans, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA ou de l'AAH) : 26 euros le cycle de cours.
  • Formation continue : 53,50 euros le cycle de cours.
VERSION PDF (juin 2019)

Je m'inscris par correspondance

Des places sont disponibles par correspondance, veuillez trouver ci-dessous les documents à télécharger et à envoyer :

  • De William Hogarth aux Préraphaélites : l'exception anglaise (n°1)
    • mercredi (4 séances : 17h45 - 19h15), jeudi (1 séance : 17h45 - 19h15).
    • Musée des Beaux-Arts de Caen : Salle de conférence .
    • mercredi 8 janvier 2020.

    Alors que des écoles artistiques homogènes se fondent chez ses voisins européens, l’Angleterre fait figure d’exception. En dépit des efforts de l’Institution des Beaux-Arts pour imposer ses préceptes académiques, la peinture anglaise cultive l’ambiguïté, la contradiction, parfois même, la dissidence face à l’instauration de ces règles. Ainsi reste-t-elle un espace de liberté qui se définit avant tout par ses individualités : l’œuvre de William Hogarth figure la vie sociale de son temps, Thomas Gainsborough choisit la représentation d’une réalité poétique de la société anglaise tandis que Joshua Reynolds ennoblit le genre du portrait. William Gilpin et Alexander Cozens diffusent les techniques de l’aquarelle suivis par John Constable et William Turner qui ouvrent respectivement la voie d’une nouvelle esthétique du paysage. De la peinture d’histoire, Henry Fuseli fait un spectacle shakespearien pendant que Benjamin West loue les événements historiques contemporains. Quant à William Blake, il entreprend une peinture messianique affranchie de toute catégorie. Le XIXe siècle poursuit les voies ouvertes par ces génies. L’Angleterre incarne alors la patrie de l’étrange, du merveilleux où naissent le goût des paysages lointains, des Fairy Paintings, mais aussi des beautés éthérées d’une Italie primitive idéalisée par les Préraphaélites. C’est l’Angleterre dans toutes ses spécificités que notre cycle de conférences abordera au gré des séances.

    Janvier
    Mercredi 8 janvier 2020, 17h45
    Le portrait
    Guillaume Faroult,
    conservateur en chef du patrimoine, département des peintures, musée du Louvre.
    Mercredi 15 janvier 2020, 17h45
    Le paysage au XVIIIe siècle
    Guillaume Faroult,
    conservateur en chef du patrimoine, département des peintures, musée du Louvre.
    Février
    Mercredi 5 février 2020, 17h45
    La peinture d'histoire et Füssli
    Amandine Rabier,
    docteur en histoire de l'art.
    Mars
    Mercredi 4 mars 2020, 17h45
    Le paysage au XIXe siècle
    Amandine Rabier,
    docteur en histoire de l'art.
    Jeudi 26 mars 2020, 17h45
    Les préraphaélites
    Amandine Rabier,
    docteur en histoire de l'art.
    • Guillaume Faroult
      conservateur en chef du patrimoine, département des peintures, musée du Louvre
    • Amandine Rabier
      docteur en histoire de l'art
    De William Hogarth aux Préraphaélites : l'exception anglaise
  • L'art de Giotto : innovations, transmission, héritage (n°2)
    • mercredi (4 séances : 17h45 - 19h15).
    • Musée des Beaux-Arts de Caen : Salle de conférence .
    • mercredi 1 avril 2020.

    A la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle, l’Italie connait une période de changements politiques, économiques, aussi bien qu’artistiques et culturels déterminants. C’est dans ce contexte que s’épanouit la carrière d’un des peintres les plus importants de cette période, Giotto di Bondone (1266 ou 1267 – 1337). En étudiant ses créations nous observerons comment s’est mis en place de manière progressive un langage artistique radicalement nouveau, où le naturalisme et l’invention sont désormais les maître-mots. Ce langage novateur, qui rompt avec celui de ses prédécesseurs, Giotto a su le faire rayonner dans de nombreuses régions d’Italie en s’appuyant sur un atelier rigoureusement organisé, contribuant à asseoir la renommée d’un peintre qui fut très tôt célébré par ses contemporains.

    Avril
    Mercredi 1 avril 2020, 17h45
    De Cimabue à Giotto, un nouveau regard sur le monde
    Thomas Bohl,
    Conservateur du patrimoine, Musée du Louvre, département des peintures.
    Mercredi 8 avril 2020, 17h45
    Giotto, les premiers chantiers
    Thomas Bohl,
    Conservateur du patrimoine, Musée du Louvre, département des peintures.
    Juin
    Mercredi 3 juin 2020, 17h45
    Les oeuvres de la maturité
    Thomas Bohl,
    Conservateur du patrimoine, Musée du Louvre, département des peintures.
    Mercredi 10 juin 2020, 17h45
    Giotto et son atelier
    Thomas Bohl,
    Conservateur du patrimoine, Musée du Louvre, département des peintures.
    • Thomas Bohl
      Conservateur du patrimoine, Musée du Louvre, département des peintures
    L'art de Giotto : innovations, transmission, héritage