aide
Ecole du Louvre

https://lms.ecoledulouvre.fr/

Accédez à :

  • Vos cours (ressources pédagogiques et bibliographies)
  • Extranet (planning des cours, annulation et report, informations pratiques)

En fonction de chaque ville

MONTPELLIER

Les cours sont organisés avec le musée Fabre et se déroulent Salle Rabelais,
27-29, bd Sarrail, 34000 Montpellier.
Téléphone : 04.67.14.83.00 ou cours.regions[a]ecoledulouvre.fr

consulter les conditions générales d'inscription

Modalités et pièces à fournir pour s'inscrire par internet

N° 1 & 2 (cycles thématiques de 5 séances)

  • Plein tarif : 43,50 euros le cycle de cours.
  • Tarif réduit (- de 26 ans, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA ou de l'AAH) : 26 euros le cycle de cours.
  • Formation continue : 53,50 euros le cycle de cours.
VERSION PDF (septembre 2022)

Je m'inscris par voie postale

Des places sont disponibles par correspondance, veuillez trouver ci-dessous les documents à télécharger et à envoyer :

  • Abstraction versus Figuration : dichotomie, porosité et dépassement dans l’art occidental de la seconde moitié du XXe siècle. (n°1)
    • mardi (5 séances : 18h00 - 19h30).
    • Montpellier : Salle Rabelais.
    • mardi 8 novembre 2022.

    La confrontation entre art abstrait et art figuratif a marqué l’histoire de l’art du XXe siècle et la manière de l’appréhender. Si les prémices de l’abstraction picturale remontent à la fin du XIXe siècle, celle-ci devient un mode d’expression prédominant à la suite de la Seconde Guerre mondiale mais prend des formes extrêmement variées, bien loin d’une opposition binaire avec la figuration. De l’expressionnisme abstrait américain au déploiement de la figuration libre en France dès les années 1980, l’art occidental de la seconde moitié du XXe siècle voit se succéder plusieurs courants, qui, s’ils naissent parfois en réaction les uns des autres, renouvellent sans cesse le rapport qu’entretiennent ces deux notions. Si l’abstraction des années 1950 fut perçue par le critique américain Clément Greenberg comme une évolution naturelle de la peinture vers ce qui la caractérise par essence (la couleur et la planéité du support), celle-ci sera remise en cause par l’émergence d’une peinture prenant  l’image médiatique et l’objet de consommation pour sujets, puis s’imprégnant des cultures populaires, tandis que l’art minimal s’intéressera quant à lui une abstraction dénuée de tout lyrisme mettant en jeu l’espace du regardeur. 
    Ce cours propose ainsi de donner un éclairage sur cette évolution du rapport entre abstraction et figuration, alors que se tiendra parallèlement au musée Fabre, du 10 décembre 2022 au 16 avril 2023, l’exposition monographique « Djamel Tatah, le théâtre du silence », dédiée à un peintre contemporain dont l’œuvre, centrée sur l’isolation des figures, remet en question ce clivage tant historique que conceptuel.

    Novembre
    Mardi 8 novembre 2022, 18h00
    Abstraction et modernisme : l’expressionnisme abstrait américain selon Clément Greenberg.
    Noémi Joly,
    docteure en histoire de l’art, chargée de mission, École du Louvre.
    Mardi 15 novembre 2022, 18h00
    Art minimal et théâtralité : abstraction, spatialité et temporalité.
    Jean-Baptiste Delorme,
    conservateur du patrimoine, responsable de la collection arts plastiques (1945-1989), pôle collections, Centre national des Arts plastiques.
    Janvier
    Mardi 10 janvier 2023, 18h00
    Figurer l’image : aux origines du Pop Art.
    Hervé Vanel,
    Associate professor, The American Univerity of Paris.
    Mardi 17 janvier 2023, 18h00
    Figuration libre, Bad painting et Nouveaux fauves.
    Jean-Baptiste Delorme,
    conservateur du patrimoine, responsable de la collection arts plastiques (1945-1989), pôle collections, Centre national des Arts plastiques.
    Mardi 31 janvier 2023, 18h00
    Le figural : l’isolation des figures, de Francis Bacon à Djamel Tatah.
    Maud Marron-Wojewodzki,
    Conservatrice du patrimoine, Responsable des collections modernes et contemporains et du service Multimédia, Musée Fabre.
    • Jean-Baptiste Delorme
      conservateur du patrimoine, responsable de la collection arts plastiques (1945-1989), pôle collections, Centre national des Arts plastiques
    • Noémi Joly
      docteure en histoire de l’art, chargée de mission, École du Louvre
    • Maud Marron-Wojewodzki
      Conservatrice du patrimoine, Responsable des collections modernes et contemporains et du service Multimédia, Musée Fabre
    • Hervé Vanel
      Associate professor, The American Univerity of Paris
    Abstraction versus Figuration : dichotomie, porosité et dépassement dans l’art occidental de la seconde moitié du XXe siècle.
  • Dessiner l’espace. Une histoire de la sculpture au XXe siècle. (n°2)
    • mardi (5 séances : 18h00 - 19h30).
    • Montpellier : Salle Rabelais.
    • mardi 7 mars 2023.

    A l’occasion d’une rétrospective majeure dédiée à la sculptrice Germaine Richier (1902-1959) qui se tiendra au musée Fabre du 12 juillet au 5 novembre 2023, ce cycle propose de contextualiser l’œuvre de cette artiste formée à Montpellier puis à Paris auprès d’Antoine Bourdelle durant les années 1920. Au XXe siècle, l’art de la sculpture se déploie dans de multiples directions, que ce soit de par ses techniques, son aspect formel, ses thèmes, ou à travers ce que l’historienne Rosalind Krauss a appelé « le champ élargi de la sculpture ». De la sculpture « expressionniste » d’Antoine Bourdelle, issu de l’atelier d’Auguste Rodin, préfigurateur de la sculpture moderne, aux formes contemporaines de la sculpture chez Berlinde de Bruyckere par exemple, les cinq conférences dévoileront les grandes évolutions de la sculpture tout au long du siècle, qu’il s’agisse de l’exploration des matériaux et de la couleur, de la place donnée au socle ou de l’abstraction des formes. Le cycle, centré sur la figure de Germaine Richier, reviendra sur la génération qui la précède, puis ses contemporains – Alberto Giacometti notamment, auquel elle a souvent été associée, ainsi que la scène sculpturale britannique – avant de se clore sur la postérité de cette artiste singulière dont l’œuvre résonne fortement avec les enjeux de notre société actuelle.

    Mars
    Mardi 7 mars 2023, 18h00
    Introduction à la sculpture du début du XXe siècle.
    Ophélie Ferlier-Bouat,
    conservatrice du patrimoine, directrice du musée Bourdelle, Paris.
    Mardi 21 mars 2023, 18h00
    Germaine Richier, « une initiation aux mystères ».
    Maud Marron-Wojewodzki,
    Conservatrice du patrimoine, Responsable des collections modernes et contemporains et du service Multimédia, Musée Fabre.
    Mardi 28 mars 2023, 18h00
    La scène sculpturale britannique de l'entre-deux-guerres aux années 1950.
    Eva Belgherbi,
    doctorante en histoire de l'art, Université de Poitiers - Ecole du Louvre.
    Avril
    Mardi 11 avril 2023, 18h00
    Alberto Giacometti.
    Hugo Daniel,
    docteur en histoire de l’art, responsable à la Fondation de la recherche et du programme de l’école des Modernités, Fondation Giacometti, Paris.
    Mai
    Mardi 16 mai 2023, 18h00
    La postérité de Germaine Richier.
    Paul-Louis Rinuy,
    Professeur d'histoire et de théorie de l'art contemporain, Directeur de l'école doctorale Arts Edesta, Université Paris 8.
    • Eva Belgherbi
      doctorante en histoire de l'art, Université de Poitiers - Ecole du Louvre
    • Hugo Daniel
      docteur en histoire de l’art, responsable à la Fondation de la recherche et du programme de l’école des Modernités, Fondation Giacometti, Paris
    • Ophélie Ferlier-Bouat
      conservatrice du patrimoine, directrice du musée Bourdelle, Paris
    • Maud Marron-Wojewodzki
      Conservatrice du patrimoine, Responsable des collections modernes et contemporains et du service Multimédia, Musée Fabre
    • Paul-Louis Rinuy
      Professeur d'histoire et de théorie de l'art contemporain, Directeur de l'école doctorale Arts Edesta, Université Paris 8
    Dessiner l’espace. Une histoire de la sculpture au XXe siècle.