aide
Ecole du Louvre

https://lms.ecoledulouvre.fr/

Accédez à :

  • Vos cours (ressources pédagogiques et bibliographies)
  • Extranet (planning des cours, annulation et report, informations pratiques)

En fonction de chaque ville

QUIMPER

Les cours sont organisés avec le musée des Beaux-Arts de Quimper et se déroulent au Pôle universitaire Pierre-Jakez-Hélias,
18, avenue de la plage des Gueux, 29000 Quimper
Téléphone : 02.98.95.45.20 ou cours.regions[a]ecoledulouvre.fr

consulter les conditions générales d'inscription

Modalités et pièces à fournir pour s'inscrire par internet

N° 1 et 2 (cycles thématiques de 5 séances)

  • Plein tarif : 43,50 euros le cycle de cours.
  • Tarif réduit (- de 26 ans, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA ou de l'AAH) : 26 euros le cycle de cours.
  • Formation continue : 53,50 euros le cycle de cours.
VERSION PDF (septembre 2022)

Je m'inscris par voie postale

Des places sont disponibles par correspondance, veuillez trouver ci-dessous les documents à télécharger et à envoyer :

  • Du dessin d'architecte au dessin de peintre : Approches du dessin dans la seconde moitié du XIXe siècle. (n°1)
    • mercredi (5 séances : 18h30 - 20h00).
    • Pôle universitaire Pierre-Jakez-Hélias : Salle.
    • mercredi 12 octobre 2022.

    L’enseignement du dessin repose depuis la Renaissance sur une conception hiérarchisée des apprentissages. Étude de la perspective, dessin d’après les œuvres réputées des grands maîtres puis dessin d’après-nature, le jeune artiste assimile ainsi progressivement l’échelle des proportions et exerce son œil sur des modèles considérés comme exemplaires. Les artistes du XIXe siècle, qu’ils soient peintres, sculpteurs ou architectes, ont bénéficié d’une formation académique dont la rigueur en a fait sans conteste d’excellents dessinateurs, capables de traduire fidèlement l’apparence des choses quel que soit le médium considéré.

    Ce cycle propose un parcours dans l’art de la seconde moitié du XIXe siècle sous un double prisme : découvrir la diversité des techniques graphiques regroupées sous le terme dessin et s’interroger sur la fonction attribuée au dessin selon la discipline artistique considérée. Comment regarder un dessin de peintre, un dessin d’architecte, un dessin de sculpteur ? Faut-il s’attacher à des exigences de dextérité technique ? A des exigences de spontanéité ? Quelles sont les caractéristiques des dessins impressionnistes ? Quelle place occupe le dessin dans l’œuvre de Renoir, dans son processus créatif ? Quel équivalent graphique trouver aux recherches de division de la touche des pointillistes ? La diversité des approches proposées et des artistes abordés reflète l’intense créativité de la période considérée.

    Octobre
    Mercredi 12 octobre 2022, 18h30
    Les pastels (Boudin, Degas).
    Géraldine Masson,
    Collaboratrice scientique, Département des arts graphiques, Musée d'Orsay.
    Mercredi 19 octobre 2022, 18h30
    "De la fièvre des chairs à leur repos géométrique", dessins de sculpteurs (Rodin et Bourdelle).
    Florence Rionnet,
    Docteure en histoire de l'art moderne et contemporain , Directrice adjointe , Musée des Beaux-Arts de Quimper.
    Novembre
    Mercredi 16 novembre 2022, 18h30
    Dessins d'architectes.
    Clémence Raynaud,
    Conservatrice en chef du patrimoine, Direction de la conservation et des collections, musée d'Orsay.
    Mercredi 23 novembre 2022, 18h30
    Pierre Auguste Renoir, "un peintre qui n'a jamais su dessiner mais qui dessine bien".
    Isabelle Gaëtan,
    chargée d'études documentaires, documentation des peintures, musée d'Orsay.
    Décembre
    Mercredi 7 décembre 2022, 18h30
    Les noirs de Millet, Redon et Seurat.
    Leila Jarbouai,
    conservatrice en chef du patrimoine, arts graphiques et peintures, Musée d'Orsay.
    • Isabelle Gaëtan
      chargée d'études documentaires, documentation des peintures, musée d'Orsay
    • Leila Jarbouai
      conservatrice en chef du patrimoine, arts graphiques et peintures, Musée d'Orsay
    • Géraldine Masson
      Collaboratrice scientique, Département des arts graphiques, Musée d'Orsay
    • Clémence Raynaud
      Conservatrice en chef du patrimoine, Direction de la conservation et des collections, musée d'Orsay
    • Florence Rionnet
      Docteure en histoire de l'art moderne et contemporain , Directrice adjointe , Musée des Beaux-Arts de Quimper
    Du dessin d'architecte au dessin de peintre : Approches du dessin dans la seconde moitié du XIXe siècle.
  • La sculpture, l'un et le multiple. (n°2)
    • mercredi (5 séances : 18h30 - 20h00).
    • Pôle universitaire Pierre-Jakez-Hélias : Salle.
    • mercredi 8 mars 2023.

    Art du multiple par excellence, la sculpture interroge la relation de l’œuvre dite « originale » à une forme d’authenticité qui a été lue pendant longtemps à travers le seul prisme de l’unicité. Ce rapport étroit au multiple, qui s’explique en partie par des considérations techniques, existe depuis l’Antiquité à travers les copies romaines d’originaux grecs. Il va traverser les siècles et engendrer un regard chaque fois renouvelé sur la sculpture, sur son statut, ses usages et sa valeur intrinsèque. Porté par l’amour de l’antique et le prestige que sa possession engendre, le double devient signe d’ostentation de la Renaissance au XVIIIe siècle. Avec le néo-classicisme, la sculpture antique, qui incarne la valeur normative du Beau, essaime à des fins didactiques, à travers notamment les moulages en plâtre. Ceux-ci sont largement diffusés dans les musées, écoles et ateliers d’artistes. Au XIXe siècle, l’industrie triomphante va inventer des procédés de duplication à l’infini qui vont permettre aux classes bourgeoises d’entrer en possession de réductions en bronze des chefs d’œuvre de la sculpture, jusque-là réservés à l’élite. Cet élan sera toutefois contrarié à l’orée du XXe siècle par un retour vers des formes d’art plus « artisanales » où la main (re)devient une valeur recherchée. Taille directe et fonte à la cire perdue seront alors privilégiées. Les théoriciens et législateurs n’auront de cesse d’interroger le statut des bronzes jusqu’à définir juridiquement leur « originalité », laquelle sera désormais garante de leur authenticité. Simultanément, dans ces années d’Après-Guerre, certains artistes vont utiliser à dessein le multiple pour questionner le concept même de l’art dans une société qui oscille entre production de masse et culte de l’unique. Ce débat ne cesse d’animer encore aujourd’hui le monde de l’art contemporain…

    Mars
    Mercredi 8 mars 2023, 18h30
    Pour l'Amour de l'Antique (1/2) : la copie, oeuvre de prestige et d'ostentation de l'Antiquité au XVIIIe siècle.
    Florence Rionnet,
    Docteure en histoire de l'art moderne et contemporain , Directrice adjointe , Musée des Beaux-Arts de Quimper.
    Mercredi 15 mars 2023, 18h30
    Pour l'Amour de l'Antique (2/2) : le moulage en plâtre, outil de savoir et d'édification de la fin du XVIIIe siècle à 1968.
    Florence Rionnet,
    Docteure en histoire de l'art moderne et contemporain , Directrice adjointe , Musée des Beaux-Arts de Quimper.
    Mercredi 22 mars 2023, 18h30
    La sculpture multiple à l'ère industrielle : le cas des bronzes d'édition au XIXe siècle.
    Florence Rionnet,
    Docteure en histoire de l'art moderne et contemporain , Directrice adjointe , Musée des Beaux-Arts de Quimper.
    Mercredi 29 mars 2023, 18h30
    Vers une originalité revendiquée : la redécouverte de la taille directe et de la fonte à la cire perdue, la codification juridique de l'original au XXe siècle.
    Florence Rionnet,
    Docteure en histoire de l'art moderne et contemporain , Directrice adjointe , Musée des Beaux-Arts de Quimper.
    Avril
    Mercredi 5 avril 2023, 18h30
    Le multiple, un nouveau concept dans l'art moderne et contemporain.
    Florence Rionnet,
    Docteure en histoire de l'art moderne et contemporain , Directrice adjointe , Musée des Beaux-Arts de Quimper.
    • Florence Rionnet
      Docteure en histoire de l'art moderne et contemporain , Directrice adjointe , Musée des Beaux-Arts de Quimper