aide
Ecole du Louvre

Avec votre compte personnel Extranet vous pouvez accéder en ligne à vos :

 

  • informations pratiques,
  • annulations et reports,
  • ressources pédagogiques.

En fonction de chaque ville

REIMS

Les cours sont organisés avec le musée des Beaux-Arts de Reims et se déroulent au Conservatoire à Rayonnement Régional,
20, rue Gambetta, 51100 Reims.
Téléphone : 03.26.35.36.00 ou cours.regions[a]ecoledulouvre.fr
 

Modalités et pièces à fournir pour s'inscrire en ligne

N° 1 et 2 (cycles thématiques de 5 séances)

  • Plein tarif : 43,50 euros le cycle de cours.
  • Tarif réduit (- de 26 ans, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA ou de l'AAH) : 26 euros le cycle de cours.
  • Formation continue : 53,50 euros le cycle de cours.
VERSION PDF (août 2018)

Je m'inscris par correspondance

Des places sont disponibles par correspondance, veuillez trouver ci-dessous les documents à télécharger et à envoyer :

  • Tsuguharu-Léonard Foujita, le phénomène japonais de Montparnasse (n°1)
    • lundi (5 séances : 18h15 - 19h45).
    • Conservatoire à Rayonnement Régional : Auditorium.
    • lundi 15 octobre 2018.

    En 2018, la France célèbre Foujita : le cinquantenaire de sa mort est inscrit au Livre des commémorations nationales et plusieurs expositions lui sont consacrées dont une au musée des Beaux-Arts de Reims, Foujita, l’élégance du trait.

    L’actualité est dense autour de celui qui préfère la vie de bohème à Paris plutôt qu’une carrière toute tracée au Japon. Celui qui partage la grande aventure de l’art moderne du XXe siècle avec Modigliani, Picasso, Soutine, Kisling, Pascin, Van Dongen, Derain ou Vlaminck, contribue à la renommée de Paris, capitale mondiale et incontestée des arts. 

    « On me prédisait que je serai le premier peintre du Japon, mais c’était le premier peintre de Paris que je rêvais d’être. Il me fallait aller aux sources. »

    L’élégance, le raffinement et la puissance d’une modernité singulière aux tracés arachnéens et nuances subtiles de blancs, de noirs, de gris, d’or et de poésie, n’ont pas d’équivalent.

    En Foujita, l’Orient rejoint l’Occident, sa vie n’est jamais un long fleuve tranquille, ses autoportraits défient le temps qu’il dédie à l’art, cinq femmes et des milliers de modèles. Le chat demeure son confident jusqu’à Reims où, converti et baptisé en la cathédrale, il repose depuis 1968 comme un roi au cœur de sa chapelle.

    Ce cycle reposant sur 5 thèmes complémentaires se propose de décrypter et approfondir le phénomène Foujita, de déchiffrer le syncrétisme et l’extraordinaire hybridation de son art, tout simplement.

    Octobre
    Lundi 15 octobre 2018, 18h15
    Le funambule : entre Orient et Occident
    Sylvie Buisson,
    historienne d’art et commissaire au Musée Maillol de "Foujita, peindre dans les années folles", expert international de Léonard Foujita, ancien conservateur au Musée du Montparnasse.
    Novembre
    Lundi 12 novembre 2018, 18h15
    Le chat : les 7 vies de Foujita
    Sylvie Buisson,
    historienne d’art et commissaire au Musée Maillol de "Foujita, peindre dans les années folles", expert international de Léonard Foujita, ancien conservateur au Musée du Montparnasse.
    Lundi 19 novembre 2018, 18h15
    La figure : l’autoportrait, la femme et l’enfant
    Sylvie Buisson,
    historienne d’art et commissaire au Musée Maillol de "Foujita, peindre dans les années folles", expert international de Léonard Foujita, ancien conservateur au Musée du Montparnasse.
    Décembre
    Lundi 3 décembre 2018, 18h15
    La nature morte : objets inanimés, avez-vous donc une âme et la force d’aimer ? 
    Sylvie Buisson,
    historienne d’art et commissaire au Musée Maillol de "Foujita, peindre dans les années folles", expert international de Léonard Foujita, ancien conservateur au Musée du Montparnasse.
    Lundi 10 décembre 2018, 18h15
    Le sacré : un syncrétisme fait d’or et de pierres
    Sylvie Buisson,
    historienne d’art et commissaire au Musée Maillol de "Foujita, peindre dans les années folles", expert international de Léonard Foujita, ancien conservateur au Musée du Montparnasse.
    • Sylvie Buisson
      historienne d’art et commissaire au Musée Maillol de "Foujita, peindre dans les années folles", expert international de Léonard Foujita, ancien conservateur au Musée du Montparnasse
    Tsuguharu-Léonard Foujita, le phénomène japonais de Montparnasse
  • Colbert et les arts : au service du roi (n°2)
    • lundi (5 séances : 18h15 - 19h45).
    • Conservatoire à Rayonnement Régional : Auditorium.
    • lundi 18 mars 2019.

    En 1752, Étienne La Font de Saint-Yenne, pamphlétaire et critique d’art, publie L’Ombre du Grand Colbert dans lequel il évoque avec amertume l’ambition et l’éclat de la politique artistique sous Louis XIV, dont Jean-Baptiste Colbert est le grand artisan. L’auteur invente alors le culte nostalgique du Grand Siècle qui serait, à ses yeux, un modèle à suivre pour l’art officiel. En effet, à partir de 1661, Colbert met en place un mécénat d’état qui s’impose comme instrument de gloire. Pour y parvenir, il crée un système autocratique entièrement centralisé dans la mesure où il parvint à réunir entre ses mains tous les postes-clefs concernant les arts : surintendant des bâtiments du Roi, vice-protecteur puis protecteur de l’Académie royale de peinture et de sculpture, et contrôleur général des Finances. Ainsi tous les projets importants dépendaient en dernier ressort de son bon vouloir. Dans le système de Colbert, la pratique est assurée par la création de manufactures, la théorie par la fondation et la modernisation de diverses académies, tandis que Versailles et la Cour reflètent leur point de rencontre. Colbert mobilisa architectes, sculpteurs, peintres, ébénistes, orfèvres, tapissiers et jardiniers à la glorification du roi et à la création d’un cadre à sa mesure.

    Ce cycle propose donc d’étudier les grandes réalisations et l’appareil d’état ordonnés par Colbert pour construire une politique artistique qui fascinait déjà les hommes de lettres du XVIIIe siècle et qui fascine encore aujourd’hui.

    Mars
    Lundi 18 mars 2019, 18h15
    Louis XIV et les arts : le goût royal
    Sébastien Bontemps,
    chercheur post-doctorant, Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier, Dijon, chargé de cours, Ecole du Louvre.
    Lundi 25 mars 2019, 18h15
    Versailles : le centre de la vie artistique
    Sébastien Bontemps,
    chercheur post-doctorant, Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier, Dijon, chargé de cours, Ecole du Louvre.
    Lundi 1 avril 2019, 18h15
     La manufacture des Gobelins : meubler et décorer
    Sébastien Bontemps,
    chercheur post-doctorant, Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier, Dijon, chargé de cours, Ecole du Louvre.
    Mai
    Lundi 6 mai 2019, 18h15
     L’Académie royale de peinture et de sculpture : créer et théoriser l’art officiel 
    Sébastien Bontemps,
    chercheur post-doctorant, Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier, Dijon, chargé de cours, Ecole du Louvre.
    Lundi 13 mai 2019, 18h15
     L’Académie de France à Rome : à la conquête de l’Europe
    Sébastien Bontemps,
    chercheur post-doctorant, Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier, Dijon, chargé de cours, Ecole du Louvre.
    • Sébastien Bontemps
      chercheur post-doctorant, Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier, Dijon, chargé de cours, Ecole du Louvre